T-Board et Freebord

  • Posté le : 6 mai 2009

Du snowboard sur le bitume

Aujourd’hui, vous allez découvrir deux planches plutôt méconnues qui se targuent de retranscrire les sensations du snowboard sur la route. Un même but avoué, mais deux manières complètement différentes d’y arriver. Voici une petite présentation des deux engins :

La Freebord

Oui, ne l’écrivez pas Freeboard, vous vous feriez taper sur les doigts par les initiés !

La particularité de la Freebord est qu’elle est composée de six roues : une à chaque coin de la board, au bout de trucks dont la longueur ferait halluciner n’importe quel skateur, ces roues sont assimilables aux carres d’un snowboard. Deux roues plus petites et plus fines se trouvent sous les pieds du rider. La hauteur des roues centrales est réglable afin de créer un effet de basculement s’apparentant au changement de carre en snowboard. De plus, elles peuvent tourner à 360° autour d’un axe vertical, ce qui permet de mettre facilement la board en dérapage.

Il faut, pour la plupart des gens, quelques heures (voire quelques jours) d’apprentissage de la Freebord avant de maitriser correctement le dérapage. C’est vraiment la clé de la réussite et du plaisir en Freebord. Très vite, chaque petite descente suffisamment lisse et sans trop de trafic devient un régal : on prend un peu de vitesse, on plie les genoux et tous les virages passent en dérapage, facilement dosable. Voici une vidéo explicative :

Ce sentiment grisant est renforcé par la possibilité de pouvoir freiner d’urgence à tout moment. En effet, comme sur un snowboard, on peut orienter la planche en travers de la pente et s’arrêter si la situation l’exige.

Passons à quelque chose de moins agréable : le contact avec le bitume ! Car qui dit carre, dit faute de carre. La Freebord basculant d’une carre à l’autre, les fautes sont légion, surtout chez les débutants. Elles sont plus rares chez les pratiquants confirmés, mais également plus sérieuses, voire malheureusement tragiques, car évidemment, plus on progresse, plus on va vite. C’est pourquoi il est fortement conseillé de porter des protections. D’autant plus que la Freebord, étant équipée de fixations, a de grandes possibilités de freestyle, que ce soit en downhill où il est possible d’enchainer les 360, de rider en switch, de faire des grabs … ou en skate park.

La T-board

Elle n’a que deux roues. Un peu casse-gueule, direz-vous ? Pas du tout ! Il suffit d’une petite poussée pour rouler de façon stabilisée. Une T-board est composée d’une planche plutôt longue et épaisse, d’un truck fixe à l’arrière et d’un truck avant qui ne pivote que sur quelques degrés grâce à une gomme sur laquelle vient s’appuyer ledit truck, ce qui procure un feeling très « smooth » ;  plus on appuie, plus la T-board tourne.

Vous l’avez peut-être remarqué, contrairement à la Freebord, la T-board n’a pas pour but de glisser perpendiculairement à la pente ni de déraper. Ici, on recherche la sensation de carving, l’autre aspect du snowboard. Et l’atout principal de la planche pour y parvenir est ses roues.

En effet, elles sont grosses et très larges, et constituées d’un matériau qui rappelle un pneu de voiture. C’est un outil qui permet à la T-board de coller littéralement à la route. A partir d’une certaine vitesse, il suffit de se pencher légèrement et on a vraiment l’impression de prendre un virage sur une carre.

Comme la planche ne peut pas déraper comme la Freebord, le freinage d’urgence n’est pas possible. C’est le principal danger qui concerne la T-board, les fautes de carre étant ici quasiment impossibles. Pour freiner, il faut continuer à prendre des virages, mais en les appuyant de plus en plus, car comme écrit précédemment, plus on appuie dessus, plus la board tourne. Il faut donc carver pour ralentir puis s’arrêter. C’est également comme ça qu’on peut contrôler sa vitesse.

La T-board est disponible en deux tailles : 38 et 41 pouces. La plus longue est destinée aux snowboardeurs alpins purs et durs car elle permet d’effectuer des virages plus larges. Elle est plutôt réservée aux descentes assez prononcées et bien larges qui permettent d’en profiter au mieux. La 38 pouces convient mieux aux descentes plus douces, et demande au rider d’être plus actif dans son comportement pour tirer le meilleur de la board. Pour gagner de la vitesse, il faut appliquer un mouvement du buste qui ressemble à celui d’un surfeur sur sa planche.

C’est vraiment une sensation très sympa qu’on ne s’attend pas à ressentir au moment de l’achat. C’est une technique similaire à celle qu’utilisent les longskateurs pour avancer sur le plat. Ce « pompage » sur le plat demande un peu d’entrainement sur la T-board avant de pouvoir faire avancer cette dernière à une vitesse satisfaisante. Mais pour nous aider dans cette tâche, il est également proposé des roues en uréthane, qui adhèrent moins à la route  que les grosses roues précédemment citées, mais qui subissent par conséquent moins de frottement et permettent d’aller plus vite.

Il existe donc 4 setups différents, à choisir en fonction du type de ride désiré. A la base une planche d’entrainement pour les snowboardeurs alpins, la T-board peut également servir à qui veut retrouver certaines sensations du surf ou du wakeboard sur la route.

Nous avons donc là deux planches totalement différentes et malgré tout très complémentaires qui retransmettent chacune un aspect différent de la glisse sur un snowboard.

Pour plus d’infos :

Freebord :
www.snowboardthestreets.com (passez faire un tour sur le forum, vous serez très bien accueillis)
www.freebord.com

T-board :
www.tierneyrides.com (le forum est malheureusement délaissé, mais vous pouvez toujours poser vos questions sur le groupe facebook)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 commentaires

  1. jp · 10 mai 2009

    Bonjour
    Dans le même esprit vs pouvez rajouter le « carve board » qui permet de retrouver les sensations du snow ou du surf sur le bitume, grâce à son système de truck différent des skate classiques.
    Il existe 3 modèles, 1 court et 1 long avec roues style skate mais conique pour mieux rentrer dans les courbes et slider, enfin la « wave » bcp + imposante avec des pneus slicks dont la pression détermine la vitesse et l’accroche
    C pas fait pour aller très vite en descente mais pour carver en permanence et c vraiment super efficace, voir sur YouTube les nombreuses vidéo de carve board
    @+

  2. Vidéo de freebord : CHoE en Italie. | Sports-Extremes.net · 4 octobre 2009

    […] rappel, la freebord est ce qui permet à certains snowboardeurs de surmonter le manque de neige en période […]

  3. La freebord, c’est aussi freestyle ! | Sports-Extremes.net · 11 mars 2010

    […] faisait un petit moment qu’on ne vous avait pas parlé de freebord. Bien que cette planche atypique soit principalement destinée à la descente, un petit groupe […]