Femme d’Action – Dominique Granger

Leurs noms ou leurs visages vous disent peut être quelque chose, vous aimeriez en savoir un peu plus sur elles.

Sports-extremes.net vous propose de découvrir des Femmes d’Actions, à travers des portraits et des interviews qui permettront de mieux les connaitre. La première à jouer le jeu est la canadienne Dominique Granger.

Femme d’Action – Dominique Granger
Femme d’Action – Dominique Granger

À chaque histoire il y a un commencement :

Le 24 avril 1986, le sélectionneur de l’équipe de France de Football, Henri-Michel, annonce la composition de son équipe pour la coupe du monde qui aura lieu en Juin, pendant ce temps-là, une femme d’action est née à Montréal.

Si l’on pouvait s’attendre à ce que le sirop d’érable devienne l’un de ses pêchés mignon, qui aurait pu imaginer un jour que le kitesurf deviendrait l’une de ses plus grandes passions, alors qu’elle n’a pas grandi autour de l’eau et qu’elle en a même peur.

Peut-être est-ce dû au fait qu’elle aime relever les défis, que ce soit une femme motivée par un esprit de battante ou qu’elle soit tout simplement habitée par une certaine contradiction.

Quoi qu’il en soit, en 2008 elle s’est retrouvée là où personne ne l’attendait, à faire du kitesurf au camp Real Watersports. L’année suivante elle deviendra même un de leur coach et ce jusqu’en 2012.

Le Kite semble être devenu sa thérapie !

L’une des choses qui la caractérise est certainement son insatiable envie de bouger et son incapacité à rester à ne rien faire. Alors, pour satisfaire ce côté de sa personnalité, elle fait en plus, du kite, du VTT, du yoga ou encore de la course pied et relève les challenges comme celui du Red Bull 400.

A cela s’ajoute les voyages et son travail dans les médias. En effet, elle a été rédactrice du magazine Stance Kiteboarding US, l’un des visages du FISE et maintenant elle est l’une des plumes de Red Bull Media House.

Femme d’Action – Dominique Granger FISE
Femme d’Action – Dominique Granger FISE

Dominique Granger a trouvé du temps pour répondre à nos questions entre deux activités

1/Comment peut-on décider de faire un sport nautique, puis de l’enseigner quand on a une peur panique de l’eau et qu’à la base on n’est pas fan de sports extrêmes ?

C’est réellement une question de volonté. J’ai décidé de passer par dessus ma peur en ayant un but précis.

Une fois que j’ai découvert ce sport, j’ai tout de suite voulu m’y consacrer, et l’enseigner a été non seulement un moyen de partager ma passion, mais aussi de me permettre de le pratiquer beaucoup, en vivant à un endroit qui est vraiment la mecque du kite en Amérique du Nord, Cape Hatteras, aux USA.

Femme d’Action – Dominique Granger KITESURF
Femme d’Action – Dominique Granger KITESURF

2/A quoi est du le fait que vous ne soyez que peu présente en compétition ?

Je n’ai pas été très loin en freestyle, et comme il n’y a que peu de compétitions en vagues, je n’en fais pas. De plus, je me suis cassé la clavicule il y a quelques années et cela a mis un frein (temporaire j’espère !) au kite pour moi. J’ai maintenant aussi un travail à temps plein en Autriche, donc pas le meilleur endroit pour s’entrainer !

3/Pensez-vous mettre les athlètes féminines en avant, elles qui sont souvent en deçà sur le plan médiatique maintenant que vous êtes devenu l’une des plumes de Red Bull Media House?

Oui, définitivement.  On en parle souvent au bureau, et c’est un sujet qui me touche à cœur. Dès que j’en ai l’occasion, j’en parle !

4/Parait-il que vous êtes Hyperactive, cela a t’il toujours été le cas ?

J’ai toujours eu beaucoup d’énergie, mais ça a été long avant que j’apprenne à la canaliser au travers des sports, au grand bonheur de tous, moi la première !

Femme d’Action – Dominique Granger
Femme d’Action – Dominique Granger
Femme d’Action – Dominique Granger
Femme d’Action – Dominique Granger

5/L’année dernière vous vous êtes attelée à un nouveau défi, le Red Bull 400, considérée comme l’une des courses les plus dures au monde. Aviez-vous des objectifs définis en vous inscrivant ?

Non en fait j’ai fait la course parce que Red Bull m’y avait envoyé pour y faire un reportage. Je n’étais pas préparée du tout et donc mon but a été de ne pas finir dernière !

Par contre, même s’il est vrai que la course est très demandante physiquement, je crois que la plupart des gens qui sont assez en forme peuvent s’y essayer. Ce n’est pas comme un Ultra Trail ou autre ultra marathon du genre !

Femme d’Action – Dominique Granger RED BULL 400
Femme d’Action – Dominique Granger RED BULL 400

 

– Finalement avez-vous réussi à ne pas arriver dernière ?

Oui! Je suis arrivée 9e sur 16 je crois. Cette année je l’ai refait, avec deux minutes de moins au chrono et je suis passée en finales, mais le niveau était super haut!

6/D’après vous, pourquoi les femmes sont elles moins présentent que les hommes dans certaines compétitions de sports extrêmes ?

À l’origine, les sports extrêmes sont plus souvent pratiqués par les hommes, même si on y retrouve toujours quelques femmes. Je crois que c’est une question de mentalité : je crois que beaucoup de femmes ont plus tendance à avoir « peur » que les hommes, et à (trop) penser aux conséquences.

Par contre, plus il y a d’intérêt de la part des filles, plus le sport grandit, et plus la peur peut s’effacer. Beaucoup d’entre nous ont grandit en se faisant dire que « le sport, c’est pas pour les filles », de manière plus ou moins subtile.

Donc je crois que la barrière que nous nous mettons, le fait qu’on pense souvent que nous ne sommes pas assez fortes, que nous ne sommes pas capables, c’est ce qui ralenti beaucoup la progression des filles dans le sport. Mais il suffit souvent juste d’essayer un truc pour se rendre compte que la peur insurmontable est injustifiée !

7/Que ce soit devant une caméra ou dans l’écriture d’un article, vous vous en sortez plutôt bien mais y a-t-il un domaine supplémentaire dans lequel vous aimeriez œuvrer ?

J’aimerais vraiment pouvoir faire encore plus de sports au quotidien, plus de kite et de surf, et retrouver un niveau plus professionnel (en kite !). Je fais aussi de la photo sur certains projets, et c’est vraiment quelque chose que j’aimerais pousser.

Femme d’Action – Dominique Granger FISE
Femme d’Action – Dominique Granger FISE

 

– Vous aimeriez que la photo ne soit pas qu’un loisir ? 

Oui, j’ai eu la chance de faire un tour de l’Europe en camping car l’an dernier, et d’aller de wake park en wake park. J’ai pris alors pas mal de photos de wake qui ont été publiées dans Unleash Wake Magaine entre autres.

J’ai aussi eu la chance, l’hiver dernier, d’être la photographe officielle de Salty Souls Expérience, une compagnie québécoise qui organise des retraites de surf et yoga pour filles. J’y ai donc gagné beaucoup d’expérience!

– J’imagine que tu es attirée par les photos plutôt sportives ?

Oui pour moi c’est vraiment la photo sportive qui est la plus motivante. J’aimerais beaucoup shooter plus souvent, avec des filles, pour justement donner plus de visibilité aux filles.

 

Marie Christine Amyot au Salvador - Credit photo Dominique Granger
Marie Christine Amyot au Salvador – Credit photo Dominique Granger

 

8/ Quel est le prochain défi que vous vous êtes lancé ?

Je veux faire une formation de plongée en apnée : je crois que ça pourrait vraiment m’aider à continuer à travailler sur ma peur de l’eau (parce que non, ce n’est pas fini !).

J’ai encore des attaques de panique en surf, et même si ça fait plus de 8 ans que j’ai décidé de m’atteler à la tâche, je dois continuer à persévérer dans cette bataille contre ma peur !

La question subsidiaire : Enfant, vous avez dit que vous étiez plutôt un gros poulet, qu’entendez-vous par là ?

Ça vient de l’expression « big chicken », une poule mouillée ! J’avais peur de tout !

Suivez Dominique Granger sur Instagram et sur son site internet.

Ses Sponsors :

June Swimwear

– Shelter