Si la Nouvelle Zélande est en effet la « Mecque » des sports extrêmes, l’île du sud, est son cœur, battant à tout rompre : rafting, ski, plongée, surf, jet boat, mountain bike, canyoning, randonnée sur des glaciers et on en passe.

Dans l’île du Sud, Queenstown est le centre névralgique des dingues de sensations. C’est là qu’aurait été inventé le saut à l’élastique ou bungy. Dans des paysages merveilleux, on peut s’adonner à cette pratique…Décoiffante ! Suivant à qui l’on demande, l’origine de cette pratique est différente. Beaucoup s’accordent à dire qu’à l’origine du saut à l’élastique se trouve un rite initiatique pratiqué depuis quelques années, au cœur du Pacifique (actuel Vanuatu) au cours duquel de courageux sauteurs se lancent dans le vide du haut d’une tour de bambous, les pieds liés par des lianes. Par cet acte ils accèdent à l’âge adulte. La pratique est véritablement lancée, commercialisée on peut dire, dans les années 80 par un néo-zéalandais, AJ Hackett, qui imagine un cordon extrêmement élastique. Il sautera depuis la tour Eiffel et rendra célèbre le bungy (et gagnera par la même occasion un petit séjour en prison, car de la tour, c’est illégal).

Le rafting dans les eaux bouillonnantes près du Milford Sound, ou le jet boat sont d’autres activités qui font grimper le rythme cardiaque tout en profitant d’une nature préservée et magnifique.

Amoureux de la nature et sportifs en recherche d’adrénaline, l’île du Sud de la Nouvelle Zélande est LA destination de choix.