Virabhadrâsana posture du guerrier renversé

Pauline vous initie à la posture appelée Virabhadrâsana, le guerrier renversé. A vos tapis!

La symbolique

La littérature indienne, comme beaucoup de mythologies, présente tout un aréopage de héros. Un démon apparaît, hop un guerrier, une guerrière, apparaît et le problème est résolu.

Les yogis originels ont donc intégré des postures de guerrier dans leur pratique (Virabhadrâsana, Virabhadra étant le nom de l’un des enfants de Shiva. Avec sa soeur Kali, il détruit pour secourir, ils symbolisent tous deux la destruction de l’ego). L’une de mes favorites est celle du guerrier renversé.

La posture

Commencer : Débutez la posture du guerrier avec la posture de la montagne, tadasana. Debout, les pieds largeur des hanches, le poids du corps également réparti sur les deux pieds et les bras le long du corps. Fermez les yeux et essayez de ressentir l’ancrage dans le sol. Inspirez longuement par le nez, puis expirez lentement. Autant de fois que vous le souhaitez.

Placer les jambes : Avancez la jambe droite, pliez-la en angle droit (90°), la cuisse est parallèle au bord du tapis. Reculez la jambe gauche d’environ 1 m, tendue. Inspirez longuement puis expirez, inspirez de nouveau puis levez les bras au-dessus de la tête (les paumes se regardent).

Placer les bras : Inclinez le buste vers l’arrière. Laissez glisser votre main gauche sur la cuisse gauche. La main droite reste tendue vers le ciel, la paume regarde votre visage.

Sortir de la posture : Expirez. Le buste redevient droit. Abaissez les bras le long du corps. Ramenez les deux jambes et replacez-vous en tadasana. Fermez les yeux, inspirez et expirez longuement. Ressentez les changements dans votre corps.

Une nouvelle inspiration puis enchaînez avec le second côté pour éviter tout déséquilibre.

Les bienfaits de Virabhadrâsana

Virabhadrâsana nous apprend à cultiver l’esprit du Guerrier ; on cultive l’humilité et la simplicité. On apprend à centrer son attention uniquement sur soi-même, à entrer dans l’action sans s’éparpiller.

Les différentes variations de la posture du guerrier font travailler l’équilibre et la concentration, tout en favorisant la confiance en soi et en développant sa force intérieure. Avec cette posture, on assouplit les muscles du haut du corps, on renforce ses muscles abdominaux, ses jambes et ses cuisses. On travaille son endurance, son ancrage dans le sol.  Le corps devient plus souple, plus flexible. On devient un(e) véritable guerrier(e) !

Namasté!